Ma belle-mère a séduit

Je vivais seul dans une maison mitoyenne à proximité de mes parents, à vélo. C’est pourquoi ma belle-mère venait parfois prendre un café le samedi. Quand elle est revenue, j’étais assez excité et j’ai décidé d’essayer quelque chose avec ma belle-mère. Mais comment étais-je censé le faire ?
Elle m’appelait toujours à l’avance pour savoir si j’étais chez moi, puis je prenais une douche rapide et je proposais un plan excitant.

Quand elle était là, j’ai versé deux verres de vin rouge et j’ai dit : “Ce vin est bon, maman, tu devrais le goûter. Elle buvait rarement de l’alcool et pensait que quelques verres lui permettraient de se détendre un peu. Eh bien, dit-elle après un verre, le vin est effectivement savoureux, mais aussi fort. Alors, je vais juste verser un autre verre. Elle a dit, je ne sais pas, je dois rentrer chez moi à vélo et ensuite je dois être sobre. Tu peux t’allonger un moment et tu rentreras chez toi un peu plus tard, non ?

Après avoir parlé des choses quotidiennes et que le deuxième verre était vide, j’en ai versé un troisième. J’ai déjà remarqué que l’alcool faisait son travail, elle riait un peu et avait les joues rouges. Maman, j’ai dit. Je voulais vous demander quelque chose depuis longtemps, mais je n’ose pas vraiment. Pourquoi pas ? Je veux vous le dire, mais vous devrez porter un bandeau ou je serai gêné. Et vous ne pouvez rien me demander sans que je parle, c’est bon. Eh bien, dit-elle, allez-y. J’avais des cache-œil et je les lui ai mis pour qu’elle ne voit rien.

J’ai fermé les rideaux et j’ai saisi sa main, je me suis levé, lui ai-je dit. Elle a marché avec moi jusqu’à la table de la cuisine et je me suis assis sur une chaise de cuisine. Je l’ai tirée vers moi et lui ai dit : “Viens t’asseoir sur mes genoux, les mains sur mes épaules”. J’ai soulevé sa large jupe et elle est venue s’asseoir sur mes genoux. Qu’est-ce que c’est que tout ça maintenant, a-t-elle demandé ? SSSttttt, ne dis rien, m’man. Écoute, as-tu déjà trouvé des taches dans tes sous-vêtements quand j’étais adolescente ? Quoi, des taches de graines, vous voulez dire ? Oui, je l’ai dit. Pas que je me souvienne, dit-elle. Pourquoi ? J’ai souvent fantasmé de me mettre en culotte, mais je n’ai jamais vraiment osé. Maintenant que je suis un adulte, j’y pense beaucoup et j’aimerais toujours que tu me laisses vaporiser dans ta culotte pour une fois. Elle voulait dire quelque chose, mais j’ai dit, est-ce que tu serais d’accord pour une fois, maman ? Vous n’avez pas à répondre, levez-vous. Elle l’a fait, et j’ai enlevé mon pantalon et je me suis tenu devant elle, nu, elle ne pouvait pas me voir.

Ma bite était déjà raide et très nerveuse. Je l’ai poussée vers l’arrière jusqu’à ce qu’elle se mette dos au dossier du canapé en cuir et vienne se placer devant elle. De nouveau, j’ai mis ses mains sur mes épaules et j’ai soulevé sa jupe. Elle a tout permis et a commencé à respirer un peu plus fort. Garçon, dit-elle. Je suis passé par-dessus son entrejambe avec ma bite raide et j’ai fait des mouvements de baise contre sa chatte. J’ai commencé à me mouiller et à baisser un peu sa culotte. Maintenant, j’ai mis ma bite dans sa culotte, contre sa fente et je me suis mis à rouler. À cause de ma grossesse, ses lèvres ont été mouillées et ça allait de mieux en mieux. Laisse-moi m’exciter, maman, j’arrive tout de suite. J’ai senti qu’elle aussi commençait à se mouiller et qu’elle se mettait vraiment à me rouler dessus. Mmmm, ça s’est très bien passé. Pendant ce temps, j’ai attrapé ses seins par devant et elle a fait un massage à travers le tissu de sa robe. Elle s’est excitée à cause de mon agitation et je lui ai demandé de se retourner. Elle s’est presque tenue debout contre le canapé, les mains sur la balustrade. Je suis retourné avec ma bite dans sa culotte entre ses lèvres et elle a commencé à monter. Un gentil garçon, dit-elle. Que me faites-vous ? J’ai pétri de derrière ses seins et je lui ai demandé si elle voulait se faire baiser. Ce n’est pas bon, mais nous sommes allés trop loin de toute façon, alors attrapez-moi. Toujours avec les bonnets pour les yeux, je l’ai emmenée sur le canapé et je l’ai remise en place. J’ai enlevé sa culotte, sa jupe, mais j’ai laissé ses bottes en cuir, je trouvais ça trop excitant.

Author: Andrea True

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *